child facebook instagram tag twitter youtube heart search search white cart cart white arror_right pinterest lock delivery badge present bulb contact paper newsletter user giftreturn videocall License

Bikepacking

Bikepacking: comment planifier et preparer votre premier voyage a vélo

Le bikepacking ,une question d’attitude

« Pour moi, le bikepacking est une question d’attitude, une expérience en plein air où l’on peut libérer son esprit et vivre de grandes émotions au contact de la nature et de ses éléments.

Grâce à votre vélo et un minimum d’équipement vous pourrez passer la nuit dans la nature, peut-être à quelques kilomètres de chez vous : une expérience que j’incite tout le monde à essayer ! Vous n’avez pas besoin de conduire votre voiture pendant des heures, puis de monter sur votre vélo en direction d’une destination célèbre.

Le vrai bikepacking commence devant chez vous, même un itinéraire que vous connaissez par cœur change radicalement si vous le faites avec euphorie et excitation à l’idée de passer une nuit dans une tente.

L’inconnu, le fait de ne pas pouvoir tout prévoir et tout planifier – quelque chose qui dans notre quotidien semble incontournable – transforme un week-end à vélo en une grande aventure, un véritable voyage avec tous les hauts et les bas qui se présentent.

Ce seront précisément les bas, les situations les plus dures qui vous sortiront de votre zone de confort, qui se transformeront en souvenirs indélébiles et enrichiront votre expérience personnelle. »

Alberto Frizziero, Dolomiti Gravel

Qu’est ce que c’est le bikepacking?

Le Bikepacking est devenu populaire ces dernières années grâce à l’offre sur le marché de sacoches spécifiques qui vous permettent de charger le matériel nécessaire sur votre vélo sans compromettre la maniabilité. Un vélo bien équipé pour le bikepacking doit rester agile, il doit nous permettre de nous amuser sur les sentiers et les chemins de terre et ne pas être surchargé au point de le transformer en camion.

 

Le Bikepacking diffère du Biketouring précisément en raison du type de sacoches utilisées. Si le vélo classique de Biketouring est équipé de porte-bagages et de sacoches latérales, le vélo Bikepacking a des sacoches à placer sous la selle, sur le cintre et à l’intérieur du cadre.

 

Il existe de nombreuses marques qui produisent des sacoches spécifiques pour le Bikepacking, de formes et de tailles variées, capables d’équiper des vélos gravel, des vtt tout-suspendus et des fat bikes.

De quoi avez-vous besoin pour le bikepacking?

Beaucoup de gens se demandent ce qu’il faut pour faire du bikepack, mais l’approche du bikepacking est plus une question d’esprit que d’équipement. Recherchez des expériences qui reflètent votre attitude et votre façon d’être, et choisissez des itinéraires qui sont enrichissants et à votre portée.

 

Je propose que vous commenciez progressivement, sans dépenser une fortune : comme on le sait, plus l’équipement de plein air est sympa et léger, plus il coûte cher. Vos premières expériences de voyage seront courtes et vous vous rendrez compte rapidement de ce dont vous avez vraiment besoin pour les prochaines aventures. Avec quelques euros, vous pouvez acheter des sacoches étanches et les fixer avec des sangles sous la selle et sur le cintre. Avec un sac à dos sur vos épaules, vous serez prêt pour votre première aventure de bikepacking.

 

Le vélo est évidemment indispensable, il doit être fonctionnel et en parfait état. Le meilleur vélo pour le bikepacking est probablement celui que vous possédez déjà, s’il est adapté pour aller sur des sentiers, des chemins de terre ou des routes pavées, avec des petits ajustements il sera parfait pour vous accompagner dans vos aventures de bikepacking.

Comme toutes les activités de plein air, il y a une corrélation entre le coût de l’équipement et son poids … plus votre équipement est léger, plus vous y trouverez du plaisir !

 

Commencez avec ce que vous possédez déjà et avec l’expérience, vous comprendrez quelles sont vos priorités en termes d’équipement. Cela dépend beaucoup de l’endroit où vous vivrez votre prochaine aventure de bikepacking : je vis dans les Dolomites donc dans un environnement de montagne, et le matériel que j’emporterai avec moi sera adéquat et spécifique, différent de ce que j’utiliserais sur une Strada Bianca en Toscane ou le long d’une rivière en Europe.

Je vous suggère de commencer par d’abord dépenser votre argent dans une tente légère et moderne, puis de passer à un sac de couchage de qualité.

 

Les tapis en mousse peuvent être volumineux mais ils pèsent quelques grammes, durent toute une vie et coûtent une misère par rapport aux matelas gonflables ultra-légers. De nombreux équipements peuvent être «empruntés» à d’autres activités … Je pense que le meilleur isolant contre l’humidité du sol est pour une épaisseur d’aluminium, comme le paresoleil que vous utilisez l’été pour protéger le tableau de bord de votre voiture du soleil. En ce qui concerne les ustensiles de cuisine et les poêles, il existe une offre infinie sur le marché dans toutes les gammes de prix : choisissez ce qui vous convient le mieux et rappelez-vous que le dîner sous la tente est un moment fondamental de la journée et une opportunité de vous laisser un souvenir inoubliable de votre aventure de bikepacking.

Il n’a pas besoin d’être spartiate ou frugal, chouchoutez-vous avec des plats faciles à préparer -ou à réchauffer-, savoureux et ayant une bonne valeur nutritionnelle.

Comment charger et organiser les sacoches et l’équipement pour le bikepacking.

Chargez votre vélo en plaçant l’équipement le plus lourd au centre du cadre et le plus bas possible : cela aidera grandement à éviter de perturber la tenue du vélo.

Vous pouvez utiliser une sacoche de cadre ou plus d’une, système ingénieux avec plusieurs superpositions.

 

Gardez à l’esprit que les sacoches de cadre sont souvent incompatibles avec les porte-bidons. Je place le réchaud, le gaz et le kit de réparation juste au-dessus du boîtier de pédalier tandis que l’eau, les piquets de tente et le matériel photo, je les mets dans la sacoche sous le top tube du cadre supérieur.

 

Dans la sacoche de selle, je place de la nourriture (au plus près du tube de selle pour augmenter la stabilité de la sacoche), un sac de couchage, des vêtements de rechange ou des vêtements à utiliser pour la nuit et des ustensiles de cuisine.

Sur le cintre j’utilise un support rigide réalisé en semi-coque où, grâce à quelques sangles, je sécurise la tente et le matelas. Dans une petite sacoche fixée sur le tube supérieur près du cintre, j’ai mis mon téléphone portable, de l’argent et des fruits secs.

 

Pour certains types de parcours – ou d’environnement que je vais traverser – je ne rejette pas l’idée d’un sac à dos sur mes épaules.

 

J’aime être élégant sur le vélo et je veux que mon vélo configuré pour le bikepacking soit fonctionnel. Je n’aime pas certains accessoires qui transforment les vélos en arbres de Noël, avec des sacoches et des sacs attachés partout.

 

Personnellement, je n’utilise que les excellentes sacoches de Miss Grape : www.missgrape.net associées à un harnais de cintre de chez Salsa ou Specialized.

bikepacking

D’excellentes sources d’inspiration et d’idées sur le thème du bikepacking sont les sites de référence mondiaux : www.bikepacking.com, www.theradavist.com ou si vous souhaitez rester en Italie www.bikepacking.it et www.montanuswild.com

Eh bien, il est maintenant temps de sortir et de vous épousseter le visage, de vous éclabousser de boue, de vous laisser prendre par la tempête et de vous sécher au soleil. Votre prochaine aventure de bikepacking vous changera, pour le mieux. Et rappelez-vous : ne laissez aucune trace de votre passage. La planète Terre vous remercie.

 

Alberto Frizziero, Dolomiti Gravel
Website: www.dolomitigravel.com
Instagram: @dolomitigravel